Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 21:00

    

Données de la rando

Description : Une randonnée en boucle à cheval sur la Suisse et la France au coeur du massif des Aiguilles rouges au départ du barrage du lac d'Emosson en passant par les refuge des chalets d'alpage de Loriaz, le col de la terrasse, la trace des dinausores et le vallon de Veudale.

Points d'intérêts : Vu panormique sur la chaîne du Mont blanc et les alpes suisses, satisfation d'avoir vaincu la vertigineuse montée pentue du col de la Terrasse. Intérêt géologique : effectuer un petit détour pour aller voir les traces laissées par un troupeau de dinausore il y a 250 millions d'années. Belle descente dans l'étroit vallon de la Veudale.

Distance : 14 kms 600

Dénivelé : 1182 m positif cumulés.

Point le plus bas : 1900m, Point le plus haut : 2645m

Difficulté : Randonneur expérimenté. De nombreux passages sont vertigineux. Mains coutantes présentes sur le tronçon Emosson- Chalet de Loriaz... Absence de mains courantes dans la dernière partie de l'ascension du col de la Terrasse (attention : personnes craignant le vertige).

En début de saison, des névés obligent à prendre crampons et piolet pour le passage du col de la terrasse.

Carte :  TOP 25 IGN 3630 OT

Accès : Parking du barrage du lac d'Emosson. 

Lien vers l'album photoshttp://www.espritrando-reflexphotos.org/album-photos-chamonix-emosson-loriaz-col-de-la-terrasse.html

Fil de la rando

Come, come, come, let us leave, let us leave the Town ... J'écoute une soprano qui chante ce petit air d'opéra de Purcell...Et mon cerveau reprend ce mantra "come, come, come...", comme pour rappeler qu'il est temps de partir ... Quitter les effluves suffocantes de la ville pour l'air revigorant des montagnes et venir y chercher sa dose bienfaisante d'opicaées naturelles... C'est, accompagné de mon pote Frédo,  que je prends la route de Chamonix-Mont Blanc. Programme des heures à venir : Marcher pour essayer de semer le temps, se goinfrer d'horizons, dégôter une naïade ou une petite fée derrière une cascade ou un rocher afin de réenchanter nos vies et..... piaffer de plaisir.

Après une première journée très physique sous la flotte et une belle course en mode trail où nous avons avalé 900m de dénivelé positif puis négatif (Lac blanc par le col des montets), et une courte nuit en refuge, nous prenons la direction de la Suisse pour atteindre le parking du lac d'Emosson, point de départ de cette belle randonnée de montagne.

Il est 8h30, le parking est pour l'instant désert. Nous descendons en direction du barrage.

L'itinéraire emprunte le chemin goudronné qui traverse le mur du barrage. L'ouvrage est impressionnnant : 180 m de haut, 554 m de long.  A droite, le lac d'Emosson, d'un bleu turquoise, reflète la montagne qui nous fait face... Les cimes sont enveloppées de nuages. Le temps est mitigé, même si météo France n'annnonce que de timides éclaircies... Il ne devrait pas pleuvoir avant la fin de la journée.

Peu après la fin de la digue, nous prenons, à gauche, un sentier flèché Col du Passet/Barberine/Refuge de la Loriaz. Le chemin est boueux. Il a beaucoup plus ces derniers jours. Le sentier s'élève à flanc de coteau... Nous sommes dans les nuages. Quelques passages délicats ponctuent notre progression : dalles de pierres glissantes, passages équipés de mains courantes, marches ancrées dans la roche... Le sentier n'est pas de tout repos. Il faut lever les jambes, mettre les mains...ça grimpe fort jusqu'à atteindre la montagne de Barberine. Quelques tuyères servant au déclenchement d'avalanches par détonation de gaz bordent le chemin.

Le sentier balcon chemine maintenant sans grande difficulté. Il est propice au vagabondage, alors nos esprits s'évadent joyeusement.. . Nous ouvrons grand les yeux. La montagne a ce don, elle permet de développer sa capacité d'émerveillement. On traque la beauté partout. A chaque pas, on cueille une émotion, on se gorge de plaisir...Derrière un arbre, une cascade, sous un rocher, nous ressentons la présence enchanteresse de ces êtres invisibles. Frédo, mon pote bouquetin, vient de dégôter une petite fée au détour d'un buisson alors qu'une violette me charme sans raison... la nature colore nos pensées de teintes fantastiques.

De temps à autre, les nuages nous laisse entrevoir la chaîne du Mont Blanc et les glaciers du Trient, du Tour et d'Argentière...Nous approchons des chalets du Loriaz (2020m). L'alpage paraît désert, silencieux... Pas une cloche pour annoncer notre arrivée et nous accueillir en fanfare. Mais qui a volé les vaches Hérens ?

Après une petite pause pour partager quelques fruits secs et recharger nos batteries, nous nous attaquons à la terrible montée du col de la Terrasse.

D'abord confortable, le chemin se faufile entre bruyère et myrtilliers. La montagne doit se parer ici de belles couleurs à la saison d'automne.

Puis, le chemin, marqué d'un rond jaune, s'élève fortement avant d'atteindre un petit replat.  Le sentier engagé serpente maintenant dans éboulis pierreux  du ravin des combes. Nous croisons quelques bouquetins... L'effort est violent, la pente est très raide. Il nous faut maintenant traversé un névé en devers juste avant d'attaquer la dernière partie de l'ascension. La pente s'élève encore au milieu de rochers, les derniers mètres s'apparentent à de l'escalade... Frédo qui souffre de vertige n'est pas très à l'aise dans cette partie finale. mais, rapidement,  il dépasse son trouble, et nous atteignons le sommet situé à  2645m. Quel effort ! Nous savourons la victoire. Ce col ne nous aura pas térrassé.

La vue n'est pas très dégagée sur le col, les nuages se sont passés le mot pour dissimuler la beauté du panorama.. Ils sont là, à grand renfort, masquant un peu la vue afin que l'oeil s'habitue, évitant trop d'éblouissement.

Nous déambulons sur un sol lunaire parsemé de petits lacs et de névés.   Le chemin qui mène au col suspendu (2500m) est peu visible. Il faut suivre les cairns qui permettent de le repérer. Devant nous, se dresse maintenant la chaîne du Cheval Blanc qui domine le lac du vieil Emosson.

Nous profitons d'être ici pour effectuer un petit détour. Un peu plus bas, se trouve le site des traces de dinausores dont nous prenons la direction. Plus de 800 empreintes datant de 250 millions d'années ont été découvertes ici, ce qui en fait le gisement le plus connu d'Europe. Malgré l'érosion, les traces sont vraiment bien visbles. 

Après ce petit détour géologique, nous remontons vers le col suspendu en revenant sur nos pas et suivons la direction du lac d'Emosson.

La longue descente s'effectue en suivant le vallon de la Veudale et son torrent..   Un dernier névé à passer puis, nous cheminons dans la gorge à grandes enjambées avec, en point de mire, le terme de la randonnée : le barrage du lac d'Emosson.

Il est 15h30, le site, désert ce matin, est maintenant bondé... Une horde de touristes a pris possession du lieu. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

serrurier paris 9eme 19/12/2014 17:26

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

artisan serrurier 25/11/2014 04:21

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

trafic 13/11/2014 03:21

On en veut encore traité de cette manière. Continuez.

astuce kamas 14/10/2014 14:04

Merci beaucoup pour ce post. Sympa.