Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Esprit Rando Reflex'Photos

Esprit Rando Reflex'Photos

Allier l'esprit de la randonnée pédestre à notre passion de la photo


Maroc Le Djebel Siroua (Sirwa) : Gazelles et Gazous en terre Berbère

Publié par Philo sur 15 Avril 2018, 08:15am

Catégories : #Rando à l'étranger, #Rando en Montagne

Maroc Vue du Djebel Siroua (Sirwa) - randonnée
Vue du Djebel Siroua (Sirwa)

 

Situé au plein Sud marocain, à une cinquantaine de kilomètres à l'Ouest de Ouarzazate, le Djebel Siroua est un massif d'une centaine de kilomètres dominé par un ancien volcan éteint depuis deux millions d'années. Culminant à 3304m, il est le point le plus haut de l'Anti-Atlas.

Ce petit coin de montagne offre un terrain très varié propice à la randonnée : pitons basaltiques, larges sommets, bergeries d'altitude, vallées verdoyantes jardinées, villages de terre et de pierre avec greniers collectifs troglodytes fortifiés, oueds aux eaux limpides, canyon, gorges profondes, champs de terrasses aux crêtes dénudées, terre préservée, espace naturel splendide... une invitation à la vie nomade des berbères.

Benjamine, Noumie, Fredo et moi-même avons rejoint 8 autres trekkeurs pour partager cette belle tranche de vie. 6 gazelles et 6 gazous en terre berbère, déambulant sur les pentes parsemées de coussins de belle mères, là bas au pays du safran.

Lien vers l'Album Photoshttp://www.espritrando-reflexphotos.org/2018/04/maroc-djebel-siroua.html

Jour 1 Marrakech - Gorges de Tislit

Après avoir déambulé, bluffé, négocié, acheté tout un après midi au milieu des échoppes du souk  de la médina de Marrakech, dégusté un verre de jus de fruit pressé sur la place Jemaa-el-fna, et profité d'une dernière nuit de confort (douche, et matelas douillet...) dans un hôtel d'un quartier périphérique de Marrakech, nous prenons, tôt le matin, la direction du sud marocain.

La route s'élève et rejoint les contreforts de l'Atlas. Elle devient de plus en plus sinueuse, bosselée, spectaculaire aussi...  Asni, Ouirgane, Timmel... le mini-bus tangue en traversant des villages, épousant une multitude de virages. Mieux vaut avoir le coeur bien accroché. Moi,  qui habituellement, n'est pas sensible au mal des transports, j'accuse le coup et j'ai grave envie de gerber. Une halte bien fraiche au col de Tizi n'test perché à 2130m d'altitude me permet de me soulager. La vue qui devrait être imprenable sur toute la vallée du souss est aujourd'hui revouverte par une mer de nuages. Le spectacle n'en est pas moins fantastique !  Bien que le vent soit glacial, nous restons plusieurs minutes à profiter du spectacle.

Nous plongeons par la suite vers Taroudant et la plaine du Souss. Nous circulons au milieu des champs d'arganiers. Ces arbres puissants qui peuvent résister à 6 ans de sècheresse permettent de produire la très réputée et convoitée huile d'Argan. Il faut pas mois de 30 kg de fruits, en extraire les noyaux et près de 10h de travail pour obtenir 1l d'huile d'Argan.

Après avoir été chahuté pendant près de 5h sur des routes en zig et en zag, nous atteignons enfin le village de Sefoumt,  point de rencontre avec notre équipe de muletiers et notre cuistot. 8 mûles seront chargées de porter tout notre barda.

Et nous voilà en route pour deux petites heures de marche tant attendues au milieu de champs cultivées et des amandiers pour rejoindre notre premier bivouac.

Je cueille quelques feuilles de sauge sauvage qui borde le sentier et je les introduis dans ma gourde. Ca donne un bon petit goût à ma flotte et je profite dans le même temps des multiples vertues  médicinales de la plante, notamment de ses bienfaits pour mes intestins, si fragiles ;-)

Près du village de Tislit, des femmes berbères improvisent un marché de tapis qu'elles ont tissés elle-même et qu'elles étalent à même le sol. La pierre se drape de couvertures multicolores.

Nous gagnons ensuite les fabuleuses et sublimes gorges de Tislit. Nous pénétrons dans un endroit féérique au milieu d'impressionnants pitons volcaniques qui encadrent le lit de l'oued. Quelques palmiers isolés ajoutent une petite touche de verdure dans l'espace tout de roches. Un beau décor de carte postale. je déclenche !

Maroc : les Gorges de Tislit
Maroc : les Gorges de Tislit

C'est au coeur de ce beau tableau de nature que nous montons notre premier campement à 1540m  d'altitude et passons notre première nuit.

Maroc : bivouac dans les Gorges de Tislit
Maroc : bivouac dans es Gorges de Tislit

 

Jour 2 : De Tislit à Aghbalou Tizgui

Nous commençons par traverser un paysage aride aux airs d'Ouest américain. Nous arpentons le massif volcanique, déambulant au coeur d'un impressionnant ensemble d'orgues basaltiques.

randonnée de Tislit à Aghbalou Tizgui
randonnée de Tislit à Aghbalou Tizgui

Petit à petit, chemin faisant, le paysage de roc cède sa place à une vallée verdoyante. C'est l'assif n'Ait Oubval, plantée d'orge, de blé et de safran. Nous progressons de villages perchés sur la montagne en villages construits en fond du vallon. Les murs des habitations faites de pierres sèches et de terre sont égayés par de belles ferronneries et de belles portes colorées.

Assif n'Ait Oubval
Assif n'Ait Oubval

Nous pensions trouver de l'eau dans les villages mais en ce début de saison touristique, la plupart des petites épiceries sont fermées dans les villages que nous traversons. Nous devrons prendre de l'eau à même les torrents un peu plus loin.

Encore un peu de rocaille. Mon oeil est subitement attiré par un drôle de mammifère marin, trop loin de son habitat naturel. Il s'est manifestement perdu ici dans l'Anti-Atlas marocain.  Un morceau de roche érodé au premier plan de mon cliché laisse deviner une otarie comme dessinée au fusain :-) La nature a le don de provoquer les effets les plus inattendus. le hasard vaut mieux que mille rendez-vous

Le chemin s'élève encore petit à petit . Un ensemble fortifié creusé dans la montagne apparaît à notre gauche. Ce sont les greniers collectifs de Tizgui aux allures de citadelles troglodytes : les igoudars. Ouvrage fortifié impressionnant !

Igoudars greniers collectifs de Tizgui
Igoudars greniers collectifs de Tizgui

Encore quelques pentes avant de rejoindre Aghbalou Tizgui et un bel endroit situé près d'un petit torrent. Un emplacement de choix pour monter notre bivouac à 2400m d'altitude après près avalé plus de 900m de dénivelée positive.

randonnée Aghbalou Tizgui
Aghbalou Tizgui

 

Tout juste le temps de monter nos tentes avant que le vent glacial ne se déchaîne.

Nous partageons un thé à la menthe sous la tente messe qui tangue sous les assauts du vent.

Nous subissons de fortes rafales de vent jusqu'au début de la nuit. Difficile de rester dehors. Nous préférons nous réfugier sous nos tentes.

Jour 3 Aghbalou Tizgui aux crêtes du Guiliz (2900m) à Aziz Tagrara

Après s'être ravitaillé en eau au torrent , purifiée par quelques pastilles de Micropur, nous empruntons un joli sentier muletier qui monte lentement le long d'un ruban de verdure qui suit le lit d'une petite rivière.

Randonnée Aghbalou Tizgui
Aghbalou Tizgui

Le paysage devient alors plus rocailleux. Seules quelques touffes épineuses : des coussins de belle-mère aux épines bien acérées subsistent au milieu de cet univers plus minéral.

Nous montons jusqu'au sommet du Guilliz (2900m). Un petit aller/retour pour profiter de la vue sur le Siroua dont nous tenterons l'ascension demain et la vallée que nous avons traverser la veille.

le temps, pour nous, de quelques poses à la "Peek Emotional State"... Les soucis enlaidissent, c'est la joie qui fait fleurir.

sommet du Guilliz
sommet du Guilliz

Nous redescendons par le même chemin et rejoignons plus loin des bergeries d'altitude : les azibs, regroupées près de magnifiques jardins en terrasses. Les bergers berbères de la tribu des Beni M'Zguid, montent au début du printemps pour labourer et semer l'orge, il reviennent en été pour les moissons. Cette année, le climat est plutôt froid et maussade au Maroc. En ce début d'avril, il n'y a encore aucune âme qui peuple les bergeries.

C'est ici que nous dresserons notre camp (2600m). Il est à peine 13h quand nous terminons de monter nos tentes et que nous partageons une excellente tajine préparée par Lachen notre cuistot.

Dans l'après-midi, nous partons explorer les grottes de Tagragra. nous progressons au fond d'un très beau canyon et profitons de ce beau spectacle de nature.

grottes de Tagragra
grottes de Tagragra
grottes de Tagragra
grottes de Tagragra

A notre retour au campement, une belle surprise nous attend. Lachen nous a préparé de succulents beignets pour accompagner notre thé quotidien.

Nous profitons un peu plus tard d'une source d'eau située dans les hauteurs de notre camp pour faire un brin de toilette. Nous avions jusque là, usé que de lingettes ;-)

Le vent se lève encore et refroidit l'atmosphère. Tous à nos duvets après une bonne verveine.

Jour 4 d'Azib Tagrara au sommet du Siroua (3304m) jusqu'à Azib Tissouitine

Il fait très froid ce matin. Nous enfilons nos vestes trois couches au dessus de nos polaires. Bien que nous soyons en Avril, Le bonnet et les gants sont plus que nécessaires pour cette journée d'ascension du djebel Siroua.

La température est en dessous de zéro et nous progressons doucement dans le brouillard givrant. De la glace se forme sur nos vêtements. Ne pas s'arrêter, il fait trop froid !

Chaos rocheux, champs de coussins de belle mère et autres épineux, névés se succèdent...

Nous atteignons la crête au moment même ou le ciel se dégage, laissant apparaître dans la brume quelques fenêtres de ciel bleu.

Le piton rocheux du Siroua se détache alors de la brume laissant présager un final tout en escalade.

Vers le sommet du Siroua Sirwa
Vers le sommet du Siroua (Sirwa)

Fredo et Noumie sui sont tous deux sujets au vertige commencent à ressentir quelques souffrances. Fredo renonce à l'ascension final au pieds du piton du Siroua. Noumie entame la première partie de l'ascension jusqu'à une plateforme.

Ascension sommet du Siroua Sirwa
Ascension sommet du Siroua Sirwa

Elle a le malheur de regarder Fredo qui lance un appel plus bas et se retrouve tétanisée. Impossible pour elle d'aller pus haut.

Ali a installé des cordes de fortune accrochées à quelques mousquetons vissés dans la roche. Nous poursuivons l'ascension avec Benja en empruntant un passage plein gaz, sécurisés par la corde jusqu'à une seconde plateforme.

Ascension sommet du Siroua Sirwa
Ascension sommet du Siroua Sirwa

Benja décide d'arrêter là. Elle ne se sent pas assez sécurisée pour poursuivre. Je termine donc seul l'Ascension avec Ali et deux autres compères de notre groupe. 9 d'entre-nous ont finalement été contraint ou ont décidé d'abandonner.

J'atteins enfin le sommet du Siroua (3304m) et jouis d'une vue exceptionnelle à 360° sur l'Atlas (Les sommets du Toubkal et du N'Goum se dessinent au loin) , sur la plaine de Ouarzazate et sur l'Anti-atlas.

Vue sommet Ascension sommet du Siroua Sirwa
Vue sommet Ascension sommet du Siroua Sirwa
Vue sommet sommet du Siroua Sirwa
Vue sommet sommet du Siroua Sirwa

Hallucination, Illusion, Magie des ombres et de la lumière, je suis subitement renvoyé à des temps préhistoriques. J'ai bien cru voir un gigantesque mammifère se balader plus bas dans la plaine. Mon oeil aperçoit nettement un bon gros Mammouth comme pétrifié au coeur du massif du Djebel Siroua. J'ai le réflexe de déclencher mon APN pour apporter la preuve de mon élucubration. Je vous livre le cliché ci-dessous.

Vue sommet du Siroua Sirwa
Vue sommet du Siroua Sirwa

La descente est d'abord  un peu difficile. Benja et moi, encadrons Noumie afin de la sécuriser. Nous rejoignons Fredo au pied du piton du Siroua puis continuons la descente plus tranquillement en empruntant un sentier qui traverse des reliefs très érodés.

Un peu plus bas, dans une partie particulièrement glissante, Fredo roule sur des pierres et tombe sur les fesses. Voulant amortir sa chute, il se luxe un doigt et se casse la main. Nous récupérons de la glace d'un névé dans une poche plastique dans laquelle il glisse son doigt pour soulager la douleur.

si tu trébuches sur la même pierre c'est qu'elle est dans ta chaussure. C'est le vent qui murmure ce joli proverbe berbère.

Quelques champs cultivés arrachés à la montagne... les pentes se parent maintenant de terrasses cultivées où poussent le safran, l'orge et le blé. Des bergeries magnifiques enfermées dans des blocs de murs de pierres sèches forment des hameaux d'alpage. Des abris et des enclos sont prévus pour les moutons et les chèvres. D'ingénieux canaux d'irrigations ont été construit ici ou là pour permettre la culture.

Nous atteignons l'azib Tissouitine à 2450m d'altitude. Nos amies les mules, paissent déjà dans le pâturage. 

Randonnée Djebel Siroua zib Tissouitine
Azib Tissouitine

Trek roots grand luxe : Les muletiers ont montés nos tentes et lachen nous accueille avec de délicieuses Beghir, des crèpes au milles trous aux allures de pancakes et un incontournable thé à la menthe. Instants de plaisir.

Nos muletiers improvisent des chants berbères au rythme de casseroles et de bidons. Ambiance de fête.

Le vent toujours très présent en soirée nous pousse une nouvelle fois dans nos abris de fortune.

Jour 5 : Azib Tissouitine - Ait Tigga - Tinzarine

Nous descendons ce matin un joli vallon dans une gorge ou coule un petit Oued.

Gorge et Oued randonnée Siroua
Gorge et Oued randonnée Siroua

Les falaises font peu à peu place à un relief plus arrondi. Nous marchons maintenant sur de grosses meringues de roches friables. Quel imbécile a t'il pu laisser se perdre autant de crème chantilly sur les pentes du massif du Siroua ?

randonnée Djebel Siroua Sirwa
randonnée Siroua

Nous poursuivons la descente par un bon chemin en lacets dans une gorge avant de rejoindre le village d'Ait Tiggra.

Gorges randonnées Djebel Siroua Sirwa
Gorges Djebel Siroua

 

village Ait Tiggra randonnée Massif Djebel Siroua safran
village Ait Tiggra - Safran

Nous faisons halte dans le village pour acheter de l'or rouge... Quelques grammes de safran à prix imbattables. 30 DH le gramme..

De beaux et immenses noyers ombragent notre chemin.

Quelques femmes se regroupent autour d'un four à pain, d'autres travaillent dans les champs.

four à pain village Ait Tiggra massif djebel Siroua
four à pain village Ait Tiggra

 

culture safran village Ait Tiggra
culture village Ait Tiggra

La journée est la plus longue du trek. Près de 24 kms. Nous avançons à bon pas.

La vallée s'élargit, le décor devient de plus en plus minéral. Seule l'armoise odorante persiste dans le paysage dénudé.

vallée minérale massif du siroua
vallée minérale massif du siroua

Nous traversons une dernière petite gorge avant de rejoindre notre dernier campement tout près du village de Tinzarine.

vers village de Tinzarine djebel Siroua
vers village de Tinzarine

Nous subissons une grosse tempête de vent une très grande partie de la nuit. La poussière s'introduit dans la tente et nous recouvre. Nous passons des heures a tenter de bloquer les fermetures éclair de nos abris qui s'ouvrent sans arrêt sous les rafales violentes du vent. la tente résiste tant bien que mal. Un vrai Capharnaüm... 

C'est l'aube. La neige recouvre maintenant les sommets. La nuit a été affreuse. Les visages sont marqués mais le spectacle est tellement beau que les sourires se dessinent à nouveau...

La semaine est passée si vite. Il nous faut déjà regagner la route avec ce beau proverbe berbère en tête : Celui qui voyage rajoute à sa vie ! Comme une promesse de prochaines aventures...

Plus de photos : : http://www.espritrando-reflexphotos.org/2018/04/maroc-djebel-siroua.html

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents