Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 22:00
Nous embarquons ce matin à la gare maritime de Port Maria à bord du Locmaria 56 pour rejoindre Le palais à Belle île en mer.
Le locmaria assure juste une liaison passagers mais il a l'avantage dêtre rapide (jusqu'à 32 noeuds). Nous atteignons Le palais en une vingtaine de minutes.
J'ai prévu de suivre le sentier côtier pédestre de la citadelle Vauban jusqu'à la pointe de poulains soit environ 23 kms.
Je loue deux vélos pour Manon et Morgane qui préfèrent suivre les pistes cyclables. Nous planifions plusieurs points de rencontres : Citadelle vauban - Pointe de Taillefer - Port fouquet - Pointe de Kerzo - Sauzon où nous déjeunerons, puis la pointe des poulains.
Vauban est l'un des grands génies militaires français : il a vécu sous le règne de Louis XIV, passant son existence entière à améliorer le système de défense du Royaume. Nous commençons notre périple par la visite de la citadelle vauban de belle ile qui dresse fièrement sa silhouette au dessus du port du Palais. Une bonne partie de la citadelle est aujourd'hui occupé par un hotel restaurant de charme.
J'abandonne les filles à la sortie se la citadelle. Je prends le chemin du sentier côtier (GR340), elles prennent la direction des l'itinéraire cyclable pour éviter les grandes voies de circulation très passagères en été dans l'île.
le sentier côtier s'ouvre à moi en descendant par un petit escalier.Les landes sont fleuries et parfumées, l'eau est aussi bleue que le ciel qui s'y reflète. C'est la plus belle journée de la semaine.
Je rejoins assez rapidement la pointe de Taillefer, identifiable par son ancien sémaphore. Les sémaphores sont des postes de signalisation établi sur une côte qui communiquent par signaux optiques avec les navires en vue. Celui de la pointe de Taillefer n'est plus en fonction.
Manon et Morgane m'attendent à côté des restes de fortifications. Nous profitons du panorama pour effectuer quelques photos. Elles me suivent quelques mètrres sur le sentier côtier mais reprennent très vite la piste cyclable beaucoup plus adapté à leur moyen de locomotion. Prochain RDV au parking de port Fouquet.
le sentier bordé de landes et de cultures est entaillé par quatre petits vallons de fougères, j'accède à l'anse de Port-Fouquet. Manon et Morgane sont là sur la plage du petit port, nous partageons un peu d'eau et reprenons notre chevauchée.
Je poursuis jusqu'à Port-Jean. Le terrain y est varié ; je rejoins la crique de Port-Poyet. Le sentier, après avoir contourné une propriété, émerge sur une superbe pointe rocheuse. je suis à la pointe de Kerzo. Les filles sont là. Elles commençaient à trouver le temps long. Les roches chutent de façon vertigineuses dans une eau turquoise. Quelques pêcheurs s'adonnent à leur sport favori. Je prends quelques photos des filles en haut du rocher qui surplombe l'océan.
Il fait chaud... j'ai oublié ma casquette à Quiberon... les rayons du soleil chauffent mon pauvre câne dégarni. Il est tentant d'aller tremper ses pieds dans l'eau decette petite crique qui se dessine en bas... mais il ne faut pas perdre trop de de temps, la pointe des poulains est encore à 15 kms. je reprends la direction du GR. la sente est pentue. Deux valons aux reliefs accidentés entaillent le plateau, je débouche sur la crique de Port blanc sur le versant est du port de Sauzon.
Manon me joint par phone. elles sont déjà à Sauzon. Elles ont elles-aussi soufferts du relief pentue. Elles m'avouent être déscendues de vélo à maintes reprises dans les montées. J'accélère encore le rythme et j'atteinds Sauzon 25 minutes après le coup de fil.
Nous déjeunons à Sauzon quelques sandwichs et quelques patisseries achetés à la boulangerie du coin. Nous vidons une bouteille d'eau et prenons la direction de la pointe des poulains, terminus de notre périple. Encore 11 kms à parcourir. Je sais déjà qu'il me sera impossible de refaire le parcours retour à pieds si on ne veut pas rater le bateau. Heureusement, on a deux vélos.
Manon et Morgane entame une pente raide tandis que je longe les quais jusqu'au fond du port de plaisance puis je remonte vers la pointe du Cardinal. Je passe par la petite plage de Port Puns. La landes est aussi omniprésente.
Viens alors une pente très abrupte. le sentier suit les sinuosités, plonge vers un promontoire pour descendre 200 m plus loin sur la plage de Port-Deuborh. Je suis creuvé, mon crâne me chauffe, je n'ai même pas un mouchoir pour me faire un chapeau.
Heureusement, le terrain devient peu accidenté, je passe à proximité d'une propriété bordée d'hotensias bleus.. Sur ma droite, un menhir et une croix trournée vers le large.
J'arrive enfin à la pointe des poulains où les filles m'attendent une nouvelle fois. Leur parcours n'a pas été de tout repos non plus mais les efforts sont récompensés par la beauté de ce panorama grandiose.

Escarpée, sauvage, Belle île tient toutes ses promesses. Lorqu'on arrive à la pointe des poulains, on sait que Belle île  n'a pas volé son nom.
De la villa lysianne que Sarah Bernhardt a fait constuire pour y loger sa famille, nous suivons le sentier qui conduit jusqu'à la villa des cinq parties du monde, puis au fort de Sarah Bernhardt . Nous traversons une petit plage de galets blancs et remontons vers le phare sur l'îlot. Nous arpentons pendant plus d'une heure les sentiers de la pointe des poulains. Fabuleux !
Le vent semble nous porter l'écho de la voix de la tragédienne :
"Vous rêviez de sensations fortes,
de rochers noirs battus
par les vagues et les vents,
vous les aurez.
Vous aviez envie de pelouses fleuries
comme des jardins et
d'une tranquilité à peine troublée
par les cris des oiseaux de mer
vous les aurez aussi.
Ici, il faut aimer les contrastes,
même par temps calme
l'océan fait un bruit de tempête..."
Il est temps de regagner Le Palais si on ne veut pas louper le bateau.
Je prends en main un vélo, Morgane sur le porte bagage, et nous voilà partis vers le Palais.
Je peux coroborer ce que m'avaient dit les filles. Les pistes cyclables sont par moment bien pentues et la vue est bien moins spectaculaires que par le sentier côtier.
Nous arrivons à temps pour déguster une très bonne glace italienne faite maison et embarquons à bord du Bangor. Bien plus impressionnat que le locmaria, ce bateau peut embarquer 450 passagers et 32 véhicules mais il navigue qu'à 12 noeuds. La traversée vers quiberon durera cette fois 45 minutes.
Nous montons sur le pont supérieur pour profiter une dernière fois de la vue sur Belle-île... Un passager ce fait l'écho d'un proverbe breton dit "Qui voit Belle-Isle, voit son île".

Lien vers l'album photos

Belle ile en mer Belle ile en mer

Partager cet article

Repost 0

commentaires